samedi 28 janvier 2012

Du vieux glamour tout neuf


Voilà quelques temps qu'on ne vous a pas parlé ici des amis de Sin'Art, fournisseur de cinéma profane et sulfureux, dealer émérite en fanzine et, accessoirement, premier éditeur de Peeping Tom version papier.
Au sein de l'abondante vitrine de leur grande échoppe, deux arrivages nous sautent aux yeux.

Fade to black (Fondu au noir) qui faisait la couverture du numéro 5 de Peeping Tom existe à nouveau en DVD. Sin'art propose le film avec deux jaquettes différentes. Malheureusement, l'édition disponible nous vient d'Allemagne. Elle contient bien la version originale américaine mais sans sous-titres français. Les non anglophones qui veulent découvrir ce petit bijou des années 80 devront se rabattre sur l'édition VHS qu'on trouve encore a un prix honorable, ou attendre que Les éditions du Voyeur se lancent dans l'édition DVD...

Autre nouveauté alléchante, après la fausse Marilyn, le vrai James Dean dans un coffret sorti chez Bach films, regroupant cinq films du plus bel acteur de l'histoire du cinéma. Cinq raretés, tournées avant La Fureur de vivre, A l'est d'Eden et Géant (ses trois grands films, considérés souvent, à tort, comme ses trois seuls films !),Le coffret contient également le documentaire The James Dean Story, réalisé en 1957 par un Robert Altman débutant. Tout ça pour 25€  








Petit bonus : la fameuse séquence que Jimmy a enregistrée pour la prévention routière quelques temps avant de se tuer au volant de sa Porsche. Certains y voient le couronnement de sa carrière...
video
Ce document est disponible dans le coffret regroupant des extraits de l' émission Cinema Cinemas (Ina). Il fait partie à l'origine de l'extraordinaire Hollywood Graffiti, compilation d'archives étonnantes des coulisses de l'usine à rêves qu'il serait bon de rééditer en DVD,

2 commentaires:

  1. soyons serieux..il n'a fait fait q 3 films sf si on compte des roles minces comme un papier à cigarette

    RépondreSupprimer
  2. Je ne discutais pas l'importance des rôles mais l'absence totale de connaissance, pour beaucoup d'entre nous, concernant le parcours de James Dean en-dehors de ces trois films. Le matériel qui constitue ce coffret vient en partie de la télévision et confirme donc qu'il n'a fait que trois films "importants" pour le cinéma.
    Mais nous avons la chance aujourd'hui de pouvoir compléter une cinéphilie de bon goût par une cinéphagie de curiosité. C'est, me semble-t-il, l'objectif de ce coffret qui inclue intelligemment le documentaire d'Altman.

    RépondreSupprimer